Google Website Translator Gadget

mercredi 3 juillet 2013

Le pompage solaire dans le secteur agricole


Le secteur agricole représente, selon l’agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE), environ 13% de la consommation énergétique nationale, concentrée principalement aux niveaux des équipements d’irrigation, des tracteurs et moteurs, des séchoirs et des bâtiments d’élevage.
Le programme national de pompage solaire mis en place par le MEMEE, le MAPM et l’ADEREE permettra à l’agriculteur de réduire sa consommation d’énergie fossile et d’avoir accès à une énergie propre, et à l’Etat de réduire les charges de la caisse de compensation allouées au gaz butane.
Ce programme mobilise 400 millions de dirhams et vise l’installation d’un parc de 3 000 systèmes photovoltaïques de pompage, dont la puissance totale cumulée installée serait de l’ordre de 15 MW-Crête. Les pompes à eau fonctionnant à partir des panneaux solaires ne nécessitent que de faibles coûts de maintenance, limités généralement au nettoyage de la pompe, et n’ont besoin d’aucun apport en combustible extérieur (pétrole, électricité). La durée de vie du système photovoltaïque est aussi relativement longue (20 ans).
Le programme intervient à travers plusieurs axes notamment la labellisation par l’élaboration des spécifications et des normes de qualité, exigibles pour les systèmes de pompage solaire de l’eau à des fins d’irrigation, et la certification des équipements performants. Ensuite, le projet porte sur le renforcement des capacités en mettant en œuvre des modules de formation et d’appui technique aux services concernés du MAPM. Enfin, le volet communication, via des campagnes ciblées auprès des agriculteurs, des entreprises agricoles et de leurs organisations professionnelles représentatives.
Afin d’encourager l’adoption du pompage solaire, ce programme intègre un soutien financier à travers une aide spécifique de l’État couplée à un crédit consenti par le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM).
La subvention couvre jusqu’à 50% du coût de l'installation dans la limite de 75 000 dirhams, sous réserve entre autres de la réalisation par l'agriculteur d'une installation d'irrigation au goutte à goutte.
Le ministère de l'énergie, des mines, de l'eau et de l'environnement estime que l'Etat pourrait récupérer le montant de l'aide sur trois à cinq ans, à travers l'économie sur le gaz butane. Quant aux premiers résultats du programme, ils sont attendus pour début 2014.
Source : MAPM
Enregistrer un commentaire