Google Website Translator Gadget

lundi 30 avril 2012

Le plan Maroc Vert passe à la vitesse supérieure


48 millions quintaux c’est la récolte de céréales attendue pour la campagne agricole 2011/2012 Meknès a abrité la 5ème édition des assises de l’agriculture. Durant cette journée placée sous le thème del’agriculture au cœur du développement rural, le ministre de l’agriculture a présenté le bilan des acquis du PMV jusqu’ 2011 ainsi que les perspectives 2012….

48 millions quintaux c’est la récolte de céréales attendue pour la campagne agricole 2011/2012Alain Denize
 «L’agriculture au cœur du développement rural», c’est le ton donné à cette 5ème édition des Assises de l’agriculture tenue ce 24 avril 2012 à Meknès. Une journée durant laquelle, le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, a présenté le bilan des acquis 2011 et des perspectives 2012 du plan Maroc Vert (PMV). Il a également mis le point sur l’importance du développement du monde rural et sur le rôle que peut jouer le secteur de l’agriculture dans ce sens.
En effet, conscient de la fragilité des populations rurales, le Plan Maroc vert a mis en place une approche ciblée visant non seulement l’exploitation du plein potentiel agricole, mais aussi le bien-être des populations rurales. Cela  à travers la mise en place d’un investissement ciblé et différencié, pour améliorer la production agricole, augmenter le revenu des ruraux ou encore créer des emplois. Ainsi, « nous avons entrepris des actions afin d’améliorer l’infrastructure agricole, le renforcement des capacités et de la représentativité des organisations professionnelles, et la cohérence avec les actions des autres départements et organismes», a précisé le ministre de l’Agriculture.
Des résultats inattendus
En terme de résultats le ministère agite une augmentation de la productivité agricole à hauteur de 40% sur la période 2009-2011, par rapport à une année de référence 2005-2007. Le département d’Akhannouch fait également état d’une multiplication par deux du revenu agricole sur une période de 10 ans (allant de 2001 à 2011) passant ainsi de 4000 Dirhams/habitant à 8000 dans le milieu rural. Il n’en reste pas moins que les assises de Meknès s’inscrivent toutefois dans un contexte fort particulier. Cela est lié essentiellement à la prévalence d’une saison agricole fortement impactée par les aléas climatiques.
Dans ce sens, le ministre, reconnait que la campagne  agricole 2011-2012, a été particulière, avec notamment des retards enregistrés au niveau des précipitations ainsi que des niveaux record de baisse de température. «Le retour des précipitations, à partir du mois de mars, a néanmoins permis une amélioration de la situation de la campagne agricole avec un impact positif sur les céréales et les récoltes attendues, une baisse des prix des aliments du bétail et un impact positif également sur la nappe phréatique et le seuil de stockage des barrages», explique le ministre en insistant sur le fait que la croissance du secteur agricole et sa modernisation, grâce au PMV, rend l’impact de la sécheresse moins pesant.
Perspectives rassurantes
Dans le même élan, Aziz Akhannouch a annoncé l’ouverture de nouvelles perspectives pour la commercialisation des produits agricoles. Il s’agit principalement de la refonte des marchés de gros de fruits et légumes, des abattoirs ainsi que la mise en place d’accords de libre-échange avec de nouveaux partenaires. Cela devrait passer par la signature d’un nouvel accord avec l’Union européenne visant à consolider le positionnement du Maroc au niveau du premier marché mondial des fruits et légumes, et la négociation en cours d’un accord de libre-échange avec le Canada.
 Imane Trari
Enregistrer un commentaire