Google Website Translator Gadget

dimanche 28 avril 2013

CO2 automobiles: déception au parlement européen, mais un espoir pour la suite ?


Aujourd’hui, 25 avril 2013و le parlement européen a voté une proposition de réglementation visant à limiter les émissions de CO2 des voitures neuves en Europe. Celle-ci a pour but d’obliger les constructeurs à réduire la consommation des nouvelles voitures d’ici 2020 et au-delà. C’est maintenant au Conseil des ministres de l’environnement de se prononcer sur ce texte.
En fixant un objectif ambitieux, cette réglementation permettrait de préserver le climat, le pouvoir d’achat des automobilistes européens (car le volume d’émissions de CO2 est directement lié au volume de carburant consommé) et de réduire facture énergétique.

Malheureusement, les parlementaires sont tombés dans le piège du lobby automobile, et ont voté un texte décevant. Il fixe en effet un objectif de 95g CO2/km d’ici 2020 mais y introduit de nombreuses dérogations, telles que les « super crédits », qui leur permettraient de tricher en diminuant en réalité très faiblement leurs émissions de CO2.
Tricher pour continuer à polluer
« Les super-crédits », qu’est-ce que c’est ? Pour atteindre l’objectif fixé par la réglementation, les constructeurs doivent réduire la moyenne des émissions de CO2 de leur flotte de véhicules neufs. Cela signifie qu’ils peuvent vendre des véhicules dont les émissions dépassent la moyenne à conditions qu’ils vendent aussi des véhicules plus légers et moins polluants qui émettent moins de CO2 que la moyenne.

Mais, grâce aux « super-crédits », les constructeurs veulent que les véhicules très efficaces comptent davantage dans le calcul de cette moyenne que leurs véhicules les plus polluants. Cette astuce comptable, qui s’apparente à une véritable tricherie, permettrait à ces constructeurs, BMW et Mercedes notamment, de continuer à fabriquer des voitures lourdes et polluantes sans réelle contraintes.
Pourtant, Volkswagen a montré qu’un constructeur est capable de s’engager à produire des voitures plus propres et plus efficaces.

Une opportunité à saisir pour Delphine Batho
Après le vote décevant du parlement européen, les ministres européens de l’environnement devront se montrer ambitieux d’ici la prochaine réunion du Conseil.

Delphine Batho, la ministre française de l’écologie, a fait récemment des déclarations encourageantes sur les objectifs climat-énergie pour 2030. Avec cette réglementation européenne, elle a l’occasion immédiate de passer de la parole aux actes. La ministre doit prendre le leadership de ces négociations pour obtenir une réglementation ambitieuse et barrer la route au lobby néfaste des constructeurs allemands.
Greenpeace demande à Delphine Batho de défendre une réglementation européenne visant un objectif de 80g CO2/km en 2020 sans aucune faille comptable et d’au moins 60g CO2/km en 2025.
Il est crucial d’agir maintenant pour faire entendre notre voix auprès des décideurs politiques afin qu’ils défendent une règlementation ambitieuse !
Enregistrer un commentaire