Google Website Translator Gadget

jeudi 20 décembre 2012

L’agroécologie au Nord comme au Sud pour nourrir la planète

Selon l’association Terre & Humanisme, fondée par Pierre Rabhi,
« L’agroécologie vise à l’autonomie, à la sécurité et à la salubrité alimentaire des populations, particulièrement les plus démunies, tout en régénérant et préservant leurs patrimoines nourriciers. L’agroécologie est une approche qui réunit pour les harmoniser les éléments constitutifs d’une logique où la terre, les végétaux, les animaux et les humains
ainsi que l’eau, l’air, la chaleur, la lumière sont considérés comme indissociables, la vie résultat de leur complémentarité et de leur interactivité. L’agroécologie est aussi une technique efficace, elle s'appuie à la fois sur l'agriculture paysanne traditionnelle ou moderne et sur une meilleure connaissance scientifique des processus qui ont depuis les origines conditionné le vivant. »
Face au bilan économique, écologique et social désastreux de l’agriculture industrielle, l’agroécologie est la seule façon de nourrir durablement l’humanité.
Elle affranchit les paysans de la dépendance économique mortelle des multinationales de l’agrochimie, et permet aux populations de retrouver le chemin de l’autonomie alimentaire et de la dignité.
L’association Terre & humanisme en France propose de nombreux stages destinés aussi bien aux jardiniers amateurs, qu’aux paysans. Ils permettent de comprendre l’enjeu de la « terre nourricière », et de s’initier aux savoirs et savoir-faire agroécologiques.

Une association Terre & Humanisme a été créée au Maroc. Elle s’investit sur la transmission agroécologique auprès des paysans, des citadins, des écoles…
Des collectifs unissant paysans et citadins se sont constitués pour la production et la consommation de légumes traditionnels (bildi) et bio, sur Casablanca, Rabat, Meknès…

Au Nord, comme au Sud, la question est de retrouver urgemment sa souveraineté alimentaire. Souveraineté alimentaire signifie que chaque territoire est autonome dans la production d’aliments sains, exempts de produits chimiques à l’usage premier de sa population. La famine structurelle, phénomène récent et moderne, n’est que la conséquence directe de l’oubli de se principe de base.
La confiscation de l’autonomie alimentaire par les firmes et les états a conduit à la famine.
Il appartient à chacun par ses pratiques (nourriture local et saine provenant de petites exploitations, achat direct aux producteurs ou à des petits commerces de proximité indépendants), de renverser le monopole destructeur en cours (nourriture chimique et distante provenant de grandes exploitations polluantes, achat en grande distribution de produits issus des firmes agro-alimentaires).
Citations
« La restauration de la terre nourricière ne devrait plus être considérée comme étant de la seule responsabilité des professionnels de la terre. Chaque citoyen peut, et je dirais doit, contribuer à cette oeuvre de sauvegarde de l'humanité et de la nature. Nous rêvons ainsi d'une multitude de jardiniers, chacun soignant, pansant, animant un fragment de la terre commune pour son bien-être propre et par conséquent celui de la communauté terrestre ». Pierre Rabhi
« Nous assistons actuellement à l’apparition d’un totalitarisme alimentaire dans lequel une poignée de firmes dominent la totalité de la chaîne alimentaire et détruisent les bases de solutions alternatives, de sorte que les populations ne peuvent pas accéder à une alimentation variée, saine et produite de façon écologique. Les marchés locaux sont délibérément anéantis pour que soient établis des monopoles sur les semences et les systèmes alimentaires. » Vandana Shiva – Le terrorisme alimentaire – Comment les multinationales affament le tiers-monde
Enregistrer un commentaire